INFRASTRUCTURES ÉNERGÉTIQUES


  • MAROC / Programme national d’efficacité énergétique des bâtiments

Réglementation et formation professionnelle pour l’efficacité énergétique dans le secteur des bâtiments
Année de lancement / 2009 – en cours de réalisation
Porteur du projet / ADEREE

Les bâtiments représentent plus de 36% du total de l’énergie consommée au Maroc, et sa maîtrise représente un très fort potentiel d’économie. Le gouvernement marocain souhaite ainsi réduire de 12% la consommation énergétique de ce secteur d’ici 2020. Pour cela, l’ADEREE s’appuie sur un réseau de partenaires et bailleurs internationaux, en particulier le PNUD, et développe plusieurs programmes d’efficacité énergétique dans le domaine de l’industrie et des bâtiments.

 

 

  • MAROC / Centrale CSP de 500 MW

Construction d’une centrale solaire thermique à concentration de 500 MW dans la région de Ouarzazate
Lieu d’implantation / Ouarzazate
Année de lancement / 2012 — en construction
Porteur du projet / MASEN

Le Maroc importe 95% de ses besoins en énergie et le pays fait face à un fort développement économique et social : selon les estimations, la consommation d’énergie nationale va tripler d’ici 2030. Pour faire face à ces nouveaux besoins et réduire la dépendance énergétique, le Maroc met en œuvre depuis 2009 une stratégie nationale de développement des énergies renouvelables, plus particulièrement dans l’éolien (objectif : 4 000 MW) et le solaire (4 000 MW).

 

 

  • AFR. DU SUD / Raccordement au réseau électrique national en prépaiement

Fourniture d’un accès à l’électricité à travers un système de prépaiement
Lieu d’implantation / Durban
Année de lancement
/ fin des années 1980 — En cours
Porteur du projet / Conlog
.
Conlog, leader mondial des solutions de prépaiement pour l’électricité, propose ses solutions aux populations à faibles revenus. Les compteurs électriques à prépaiement sont raccordés au réseau national ; ils fonctionnent par rechargement. Le client achète une carte prépayée avec un crédit d’énergie, entre le code de rechargement dans son compteur, qui délivre alors le service énergétique.

 

 

  • KENYA / Centrale géothermique de 400 MW

Développement d’une centrale géothermique de 400MW dans la Vallée du Rift afin de sécuriser la production électrique nationale et régionale
Lieu d’implantation / Caldeira de Menengai, Région de Nakuru
Année de lancement / 2011 — En construction
Porteur du projet / GDC (Geothermal Development company)

Le Kenya possède un potentiel géothermique évalué à 10 000 MW. Pratiquement inexploitée aujourd’hui, la géothermie peut contribuer à diversifier les sources d’énergie du pays et répondre aux besoins énergétiques croissants de l’Afrique de l’Est.
Le chantier de la centrale géothermique de Menengaï se situe à 180 km au nord-ouest de Nairobi. À l’horizon 2015, le projet prévoit la production de 400 MW à partir des 120 puits en cours de forage.

 

 

  • OUGANDA / Centrale hydroélectrique

Production de 250 MW d’électricité sur le Nil Bleu
Année de lancement / 2012 — Opérationnel
Porteur du projet / Bujagali Energy Limited

L’Ouganda peine à faire face à la demande croissante d’énergie : chaque jour ou presque, la capitale Kampala subit des délestages. Le gouvernement développe donc son potentiel en énergie hydraulique. La construction de barrages, comme celui de Bujagali, permet de sécuriser un approvisionnement énergétique croissant et durable, et de réduire les coûts de production de moitié par rapport à l'électricité d'origine thermique.